LES USAGES LOCAUX DE LA COTE D'OR - 29/02/2004

Les usages locaux de la Côte-d'or : réédition très attendue
Le Bien Public - dimanche 29 février 2004


Un livre pour tout savoir sur l'histoire du département
La Société d'histoire Tille-Ignon propose la réédition d'un ancien livre historique peu connu, voir introuvable, intitulé Les Usages Locaux de la Côte-d'or de Pierre Perrenet (1901). Un rendez-vous incontournable avec l'histoire côte-d'orienne.

P ierre Perrenet était docteur en droit, avocat à la cour d'appel de Dijon, et également historien. C'est dans ce cadre qu'il a répertorié, dans un ouvrage, « Les usages locaux écrit et oraux sur l'ensemble du département de la Côte-d'Or ».
Ces droits et usages furent en principe abolis par la Révolution française, mais beaucoup subsistèrent sous une autre forme juridique ou législative dans le Code Civil ou la loi.
Cet ouvrage inventorie ces droits, usages et coutumes, avec une érudition juridique et historique, (on pourrait presque dire encyclopédique).
On apprend ainsi l'origine de nos lois sur l'usufruit, les servitudes, l'interprétation des contrats, les louages de services (le travail temporaire d'autrefois), le curage des cours d'eau (pour éviter les inondations), les droits à l'irrigation et même la réglementation des sonneries de cloches d'église etc.
Les usages commerciaux
Si les bans de moisson, fauchaison, glanage ont disparu, les règlements concernant les vendanges, l'enlèvement des bois morts dans les forêts et l'affouage restent bien vivants dans beaucoup de communes de notre département.
Dans son ouvrage, Pierre Perrenet présente aussi longuement les usages commerciaux d'anciens régimes, repris et modifiés au XIXe siècle.
On découvre ainsi une liste de denrées très originales qui faisaient l'objet d'un commerce courant, comme l'arsenic blanc, (vendu en baril de 200 à 205 kg pour la pharmacie), le ricin, le safran, la salsepareille, sans oublier huiles, graisses, grains, indigo, salpêtre, plumes, poix, soudes, souffre, soies de porcs et spiritueux.
La deuxième partie du livre recense les mesures agraires de l'Ancien Régime. Certaines communes du département, comme Echevannes, Marcilly-sur-Tille ou Til-Châtel qui appartenaient jusqu'en 1790 à la province de Champagne avaient d'autres mesures qui compliquaient considérablement les calculs.
Enfin l'ouvrage s'achève par une source des écarts et lieux-dits de chacune des communes de Côte-d'Or, dont certains n'abritent plus aujourd'hui que des ruines voire aucun vestige.
Vous pourrez ainsi apprendre où se trouvaient les hameaux ou lieux-dits de Seichebouteille, La Loge du Coucou, Touchebœuf, Saint-Valentin, Saint-Anatase, Saint-Loup, etc.
Joël MANGIN
La Société d'histoire Tille-Ignon propose la réédition d'un ancien livre historique peu connu, voir introuvable, intitulé Les Usages Locaux de la Côte-d'or de Pierre Perrenet (1901). Un rendez-vous incontournable avec l'histoire côte-d'orienne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire