Un Américain au pays - 12/05/2011

Jeff Bockman est venu dans la commune sur les traces de son grand-père
LE BIEN-PUBLIC - Le 12 mai 2011

Un Américain au pays
Jeff Bockman au volant de la jeep aux côtés des membres du Club d'histoire.  Photo Muriel Avril
En 1918, pendant la Première Guerre mondiale, John G. Stevenson a passé près de deux mois dans le camp américain d'Is-sur-Tille.
Le week-end dernier, un Américain de la région de Chicago, Jeff Bockman, accompagné de son épouse Barbara, est venu à Is-sur-Tille et à Marcilly-sur-Tille, sur les traces de son grand-père, le lieutenant John G.Stevenson, officier de l'armée américaine.
Celui-ci a pu trouver un interlocuteur sur place grâce au site Internet de la Société d'histoire Tille-Ignon.
Jeff Bockman avait en main une dizaine de lettres envoyées par son grand-père depuis Is-sur-Tille, toutes vantant les charmes de cette petite ville, ainsi que Marcilly-sur-Tille et les paysages alentour, décrivant aussi les lieux où il habitait.
Le petit-fils du lieutenant américain a ainsi pu établir que son grand-père avait logé, quelques semaines durant, près de l'église de Marcilly-sur-Tille dans la maison Perrenet, où il était cantonné avec quinze autres officiers américains. Dans cette maison, des chambres étaient libres car les deux garçons Perrenet venaient d'être tués à la guerre. Les actuels propriétaires lui ont aimablement fait visiter la maison ainsi que le moulin et le parc.
Émerveillé par les châteaux
Dans ses lettres John G. Stevenson écrivait qu’il était émerveillé par les châteaux anciens qui se trouvaient à moins de 18 km du camp, où il pouvait se rendre à bicyclette. Son petit-fils Jeff l’a été tout autant en visitant la ferme fortifiée du Fossé avec son pont-levis, ouverte spécialement pour lui par les propriétaires.
« Cette partie de la France est plus belle que tout ce que j'ai jamais vu en Amérique avec des collines dans toutes les directions, des courants d'eau claire et fraîche, remplis de truites, qui serpentent partout alentour, les collines couvertes de pins », a écrit le lieutenant Stevenson, le 17 avril 1918.
En écoutant la borne vocale de la stèle commémorative érigée en 2008 à l'emplacement du camp, Jeff Bockman a appris que deux millions de soldats américains avaient, comme son grand-père, transité par cette immense base logistique de l’US Army.
Devant l'accueil amical qu'il a reçu partout sur le secteur et jusqu'à Salives, Jeff a dit être ému et très honoré de sa visite en France.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire